Cela se fait bien sur le bd Champlain l'été, pourquoi pas sur le bd Henri-Bourassa?

Voilà un point qui ne devait pas être dans mon programme, mais qui a force de discussions avec plusieurs citoyennes ou citoyens m'interpella et me positionna à refaire mon ancien métier et mes devoirs. En effet, l'information des différents quotidiens sur le sujet semblait clair, seul le Ministère des Transports était habilité à détourner le traffic.

C'est surtout un entrepreneur du quartier qui me convainquit et après quelques recherches sur le site de la ville, je découvris deux résolutions, qui comble de l'ironie furent proposées par Ginette Piccard-Lavoie, du comité exécutif de la ville de Québec (CE-2009-1039, CE-2008-1834) qui autorisaient le détournement des poids lourds du boulevard Champlain et demandaient au Ministère d'agir avec diligence, ce qui fut fait.

Y-a-t-il deux poids et deux mesures suivant son lieu de résidence dans notre municipalité ?

Voilà pourquoi ce projet est dans ma plateforme, il rejoint un principe qui m'est cher, l'égalité des citoyens.

Il illustre ma perplexité dans la gestion du déneigement (pensons à St-Albert), la privatisation de la collecte des ordures dans Limoilou (effective depuis le 1 janv. 2010), le cafouillage avec le centre Mgr Marcoux Inc. (et conséquemment la méconnaissance de ce dossier autant du maire Labeaume que de Mme Ginette Picard-Lavoie) et l'accueil fait par le Conseil de ville de la proposition d'un collectif de citoyenNEs qui souhaitait rerouter la circulation des camions lourds du bd Henri-Bourassa (janv. 2009). Rendons à César ce qui est à César et remercions Mme Ginette Picard-Lavoie d'avoir tâcher, mollement, d'amener cette résolution, morte au feuilleton; conseillons-lui peut-être une certaine réserve pour d'autres résolutions, comme celle du boulevard Champlain !

Je veux solennellement affirmer mon attachement au principe indivisible que tous résidents de la ville de Québec ont droit aux mêmes prestations et services, indépendamment de où ils se trouvent, sur le territoire de la municipalité. C'est une règle fondamental, une des briques de nos sociétés libérales démocratiques.

Voilà pourquoi, le 1er novembre je vote NICOLAS FRICHOT dans Maizerets-Lairet.